Carnet de route

JUIN – JUILLET 2017

École La Fabrik, Vevey: à la rentrée, c’est décidé, je me joins à un collectif d’enseignant-e-s. Plaisir de participer dans la nouvelle école de Benjamin Cuche, en face de la gare, côté sud.

Formation continue au TKM, Renens près de Lausanne: étudiante – stop – heureuse expérience – stop – groupe Molière solidaire – stop – examens réussis – stop -.

TRAMELAN. 14 juin. Contes d’amour vache, de courage et de beauté. Six voix. Six contes. Contade collective pour clore l’atelier Sur le chemin des contes.

 

AVRIL ET MAI 2017

 

 

L’atelier de Tramelan se met au printemps au CIP.
Divers cours donnés et un stage suivi, avec Michel Hindenoch, dans les Vosges. au bord de la Savoureuse.

MARS 2017

NEUCHÂTEL. 23 marsContes de la primevère et du coucou, contade et atelier de printemps.

 

 

 

 

NYON (VD). 18 et 19 mars. Je participe au festival Mille et Une Nuits au Château de Nyon (VD) avec une contade odorante: Le pet, la rose et le jasmin.

TRAMELAN. 1 mars. J’ouvre un deuxième atelier Sur le chemin des contes au CIP.

FÉVRIER 2017

INTERLAKEN. 4 février. Special guest au Festival international d’Interlaken pour un racontage collectif en allemand autour d’un brasero, Place du Marché.

 

JANVIER 2017

TRAMELAN. 18 janvier. Contes et légendes pour se réchauffer (par -13 degrés et bises noire), soirée de racontage collectif pour clore l’atelier d’automne-hiver Sur le chemin des contes.

NOVEMBRE – DÉCEMBRE 2016

IVRY SUR SEINE, FRANCE. Je participe au Cabaret d’Henri Gougaud. Ateliers Contes & Nature et ateliers sur mesure.

OCTOBRE 2016

Je donne des ateliers Contes & Nature à Neuchâtel. J’ouvre un atelier mensuel à Tramelan et un autre à Neuchâtel.

JUIN – SEPTEMBRE 2016

NEUCHATEL. Ateliers Contes & Nature au Vallon de l’Ermitage.
SUISSE ROMANDE. Contades privées sur mesure; travaux autour du projet Cuentos – recueil de récits et écriture  -; cours de coatching en rédaction.

MAI 2016 – FÉVRIER 2017

Place à la formation et à l’écriture. Je mets en place et donne mes ateliers Le plaisir de conter et Contes & Nature à Vevey, Neuchâtel et Tramelan.

Quelques contades privées; suite des travaux autour du projet Cuentos – recueil des récits et écriture  -; cours de coatching en écriture.

TKM, école de théâtre amateur. Semaine après semaine, je m’exerce à l’art de la scène en suivant à Lausanne la très pionnières école de théâtre amateur du Théâtre Théâtre Kléber-Méleau, le TKM d’Omar Porras.
ATELIER GOUGAUD. Mois après mois, je participe à l’Atelier d’Henri Gougaud à Paris et à son Cabaret des contes à Ivry.

AVRIL 2016

NEUCHÂTEL. Nuit du 16 au 17 avril. L’association Paroles invite toute personne aimant conter et vivant dans cette région du globe à prendre la parole.
J’y ai passé une demi-nuit, j’y ai écouté et conté, j’en garde un goût de reviens-y. Il pourrait bien y avoir une autre Nuit du Conte à Neuchâtel en 2017. A suivre.

Un conteur sioux invite…AVRIL 16

LES PLANCHETTES. 9 avril. Soirée de contes sur mesure dans une petite masure.

VEVEY. Atelier Contes sur le thème des 5 sens.

RENENS-LAUSANNE. Suite de ma formation de 6 mois avec le Théâtre Kléber-Méleau, le TKM d’Omar Porras.

Travaux (suite) autour du projet Cuentos, recueil de récits.

MARS 2016

LA CHAUX-DE-FONDS. 15, 17 et 18 mars. 

MARS 16 <AULA FORGES

Pour les grands enfants de 10 à 12 ans de la grande ville neuchâteloise, je donne cinq tours de contes dans l’aula des Forges. Une heure d’histoires suivie d’un quart d’heure de discussion nourrie, avec des questions à faire rebondir une conteuse. Je le refais quand vous voulez, merci de l’accueil chaleureux ! Photo: la scène de l’aula des Forges vu de la salle de projection: ça a de la gueule, dignes d’une forge.

 

NYON. 19 et 20 mars. Belle équipe d’amoureux du récit au premier Festival Perrault dans le Château de Nyon. Notre marraine : Fabienne Penseyres. Pour ma part, j’y accueille 5 publics dans la salle des mariages dont le tapis bleu compte de jolies taches d’encre. Les contrats se signent encore à la plume et le mariage officiel reste donc une épreuve.

IMG_0426

CORTAILLOD. 23 mars. Je conte à la soirée communale annuelle où les arts et les sports sont honorés.

VEVEY. Suite de l’atelier Contes sur le thème des 5 sens.

RENENS-LAUSANNE. Suite de ma formation de 6 mois avec le Théâtre Kléber-Méleau.

Travaux (suite) autour du projet Cuentos, recueil de récits.

FÉVRIER 2016

VEVEY. Suite de l’atelier Contes sur le thème des 5 sens.

Vevey NOVEMBRE 16

 

RENENS-LAUSANNE. Suite de ma formation de 6 mois avec le TKM d’Omar Porras.

Travaux (suite) autour du projet Cuentos, recueil de récits.

JANVIER 2016

BERNE. 21 janvier. Entre les vidéastes et les chansonniers, je participe au cabaret de L’endroit Perdu dans une cave-théâtre de Berne. J’y raconte trois contes en bernois, une de mes deux langues maternelles.

Travaux (suite) autour du projet Cuentos, recueil de récits.

VEVEY. Suite de l’atelier Contes sur le thème des 5 sens.

TKM janvierRENENS-LAUSANNE. Début d’une formation de 6 mois avec le Théâtre Kléber-Méleau (TKM como Ti Quiero Mucho…) et une partie de l’équipe d’Omar Porras.

 

Travaux (suite) autour du projet Cuentos, recueil de récits.

 

DÉCEMBRE 2015

VEVEY. Atelier Contes sur le thème des 5 sens.

NEUCHÂTEL. 11 décembre. Hôtel de Ville. Tour de contes sur mesure pour les personnes travaillant au Tribunal du Littoral. Moment étonnamment détendu dans la Salle des Quarante, la pièce d’à côté.

Travaux (suite) autour du projet Cuentos, recueil de récits.

Edition de L’Impartial et de L’Express des 24-25-26 décembre : publication en pleine page de Tout sauf une histoire, mon conte de Noël 2016.

NOVEMBRE 2015

NEUCHÂTEL. VEVEY.

IMG_0437

Les ateliers d’automne-hiver autour du plaisir de conter s’ouvrent lentement et sûrement. Que de voix, de mondes, de bons moments partagés… J’aime transmettre.

Travaux autour du projet Cuentos, recueil de récits.

 

 

OCTOBRE 2015

ISTANBUL. 10 octobre.

Dans la ville d’Istanbul, à l’adresse Istiklal Caddesi 4, la paix d’un jardin à deux pas de la Place Taksim. J’ai rendez-vous avec le public bilingue de l’Institut français. Conter des histoires qui nous relient les uns aux autres. Un titre: Des reines, des rois et autres (drôles d’) oiseaux.

Photo d'Albane Istanbul octobre 15

J’ai conté par un samedi noir: les morts à Ankara, devant la gare, attentat. Silence, colère, deuil. Que dire de plus?

Des mots de poète:

« Dans votre lac, pierre, je tombe. (…) Dans votre oeil, larme, je tombe. »

Metin AltIok (1941-1993)

Photo : Albane Iris Berthoud

 

SEPTEMBRE 2015

NEUCHATEL. 6 septembre.

ThePas_15-16_saison_00s0

Automne 2014 – automne 2015. Un an a passé. Il arrive ce jour où le Pass’ Contes se termine, dans un grand jardin, le Botanique, parc de la ville. Je raconte des Contes d’amour et d’eau fraîche: on y laboure, on y plante, on y sème (très fort) et on arrose pour que cela pousse et prenne racine et donne des feuilles, des fleurs, des fruits. Dans cette salle nommée Le Rempotoir, d’autres saisons se préparent.

 

cDSC04603cL’année a passé, les douze étapes ont eu lieu, presque 20 représentations, plus de 100 contes différents et plus de 800 personnes. Je regarde le public, tous ces gens, leurs têtes, leurs visages qui sont comme autant de fleurs. Je reconnais des personnes anonymes venues souvent, des amis, des familiers, des voisins, des gens du Théâtre du Passage, du Jardin Botanique. Je me sens bien avce ce public complice et avec les contes que j’ai choisis pour ce bouquet final frais et nostalgique. Ces contes d’amour, je les dédie aux conteuses et conteurs que j’ai rencontrés, que j’aime et qui m’inspirent : Marie Faucher, Henri Gougaud, Jihad Darwiche, Hertha Glück et d’autres. Le dernier conte, une histoire d’amitié, est pour à Robert, Tiziana, Bernard, Amandine, Iannis du Théâtre du Passage, et pour celles et ceux qui m’ont fait confiance. J’ai été bien accompagnée pendant quatre saisons. A Robert Bouvier, qui a suivi les préparatifs de chaque étape, écouté et questionné presque tous les contes : merci, thanks, grazie e viva !

 

AOÛT 2015

photo stefano iori

CORNAUX. 23 août.

Le sable, les rochers, le vent de la montagne et la pluie qui vient. Les gens restent assis pour écouter, vaille que vaille, la conteuse fait revivre de très vieilles histoires de l’humanité.

Contes de la nuit des temps : c’est à la Carrière du Roc près de Cornaux que j’intègre pour la première fois à la narration des instruments de percution et du chant. Edmée Fleury, musicienne et chanteuse, et Anne-Cécile Moser, femme de théâtre et pédagogue, sont dans le public, joie. Réunion archaïque dans un désert… industriel et bien peuplé ce soir-là. Ces deux artistes m’ont aidée à aller vers ce moment hors temps. Merci aussi à Bill Holden pour la création des instruments venus de La Sonorie et ses conseils. Porte ouverte sur le rythme. A suivre, sans doute.

JUIN 2015

10-Passcontes-SAINT-BLAISE-©-Guillaume-Perret

SAINT-BLAISE. 7 juin.

Autant de contes que de fontaines pour cette étape au village du patron des enroués, Blasius. Avant le jour J, j’ai fait la promenade le long du ruau, le torrent qui alimentait les moulins. Je suis remontée vers sa source par les prés inondés et la forêt somptueuse.

Ce 7 juin, l’orage menace. Le lac qui enfle met les gars du hangar de la Société de sauvetage du Bac-Lac dans en état d’“Alerte à Malibu“. Je raconte avec le flegme d’une gitane cool (si), malgré l’alerte rouge.

Pour finir, la tempête passe par la montagne et en bas, rien. Mais des cadavres de bouteilles et canettes attestent de la tension des gardiens du lac. On a eu chaud à l’étage du poste de commandement, alors qu’en bas, dans le hangar, un public inconscient s’obstinait à écouter des histoires de bonne femme. Et dire que la télé locale en a fait un reportage, de cette conteuse.

 

MAI 2015

09-Passcontes-BOUDRY-©-Guillaume-Perret

BOUDRY. 10 mai. 

Les artisans ont tenu parole : ils ont construit un plateau de bois pour recevoir le public sur leur site de Biopolis, exemple d’habitat professionnel groupé. Public clairsemé, mais presque 30 personnes tout de même, pour rejoindre ce lieu à part, cette caverne d’Ali Baba. Côté métaux en dépôt, du lourd et du léger : acier, zinc, tôle, aluminium, cuivre. Dans les caisses, des bagues, des crochets, des vis, des écrous, des rivets. Ici, on échafaude des plans hardis, on capture la foudre au paratonnerre, on attrape la pluie avec des gouttières et on grimpe sans vertige jusqu’aux girouettes. Parmi mes Contes des murs et des portes, je raconte Jean de l’Ours en quatre épisodes, Le Chat Botté et autres contes d’apprentissage.

 

Secrets d'alcôves

NEUCHATEL. 16 mai.

La nuit de tous les secrets. Je me rends dans une cave perdue pour des contes amoureux intitulés « Secrets d’alcôves » : quatre séances, beaucoup de monde, éclairage parfait.

Cette nuit est un cadeau offert à la population par le Musée d’ethnographie de Neuchâtel (MEN). Le MEN fête sa nouvelle exposition : SECRETS. Apéritif et discours au château, itinéraire découvertes en ville, un écrivain conspirologue, Eugène, des cinéastes Ursula Meier et Laurence Favre, un mentaliste nommé Nicolas Burri et une conteuse sur le fil des mots pour le dire, votre servante.

AVRIL 2015

08-Passcontes-LA-TENE-©-Guillaume-Perret

LA TENE. 26 avril.

Contes des rivages ! Timide affluence et temps parfait pour deux contades données dans le panoramique bocal de l’Octogone. Récits de l’époque celte où deux grands ponts de bois enjambaient la rivière et où les passants jetaient des objets aux dieux précieux de l’eau, espérant des miracles. L’archéologie leur doit beaucoup.

Contes de pêcheurs perdus, de dompteuses de mouettes, de trésors retrouvés. Sans oublier la silhouette d’un clown déprimé, Grock, le voisin, l’orgueilleux, l’acrobate, l’artiste.

 

MARS 2015

07-Passcontes-CORTAILLOD-©-Guillaume-Perret

CORTAILLOD. 29 mars

Se rassembler pour des contes dans une tente tiède malmenée par le vent, alors que par la baie de plastique transparent le lac turquoise déroule ses rouleaux ? D’accord. Et quand la conteuse hirsute arrive du dehors avec des Contes à rebrousse-poil, cela passe ou casse. Cela a passé, on s’est réchauffé, on s’est amusé. Public d’enfer avec une heureuse participation des habitants du village et équipe technique souple comme le roseau  de la rive.

 

NEUCHATEL. Du 5 au 8 mars.

Avec l’équipe de l’association Paroles, je participe à l’organisation du premier festival qui porte le nom Les Jobelins et plus particulièrement à l’accueil des artistes. Nos invités sont, dans le désordre, Catherine Gaillard, Rahila Hassane, Philippe Campiche et sa troupe, le duo féminin Les Volubiles, Frédéric Naud, L’audacieuse compagnie, Christian Pierron et le parrain de Paroles, Jihad Darwiche. C’est décidé, le festival aura lieu en 2017.

FEVRIER 2015

06-Passcontes-HAUTERIVE-©-Guillaume-Perret

HAUTERIVE. 15 février

Salle comble pour ces Contes à remonter le temps au Laténium, grand musée d’archéologie. Merci à Marc-Antoine Kaeser qui, tout directeur, professeur et conservateur qu’il est, sait proposer au public des approches inédites de son musée, entouré par son équipe.

Unknown

Ainsi les visiteurs ont-ils pu parcourir les espaces d’exposition celtes, romains, médiévaux de nuit, à la lueur de lampes à pétrole. Puis les traces de feu se sont dirigée vers la conteuse admirative de cette prise de liberté dans une institution prestigieuse.

 

 

PARIS, IVRY-SUR-SEINE (F). 16 février.

La sève remonte dans les arbres, la Seine se met en crue en région parisienne et les contes ? Comme des oiseaux, ils se rassemblent pour de beaux envols migrateurs. Et le Cabaret Gougaud ? L’ovni se pose  au Forum Léo Ferré et de drôles d’oiseaux en sortent : Henri Gougaud, Barkaam Louail, Vasken Solakian, Pierre Viruega et Ariane Racine. Vive le Forum  et ses hôtes au grand coeur!

 

INTERLAKEN. 6,7 et 8 février.

IMG_5444

Participer pour la première fois à un festival international, c’est enthousiasmant. Surtout quand les conteuses et conteurs Baesecke, Barrot, Glück, Menke, Niedermann et Rost, qui eux n’en sont pas à leur premier festival, t’accueillent avec gentillesse et humour. Pour moi, trois spectacles : une scolaire en duo bilingue (allemand et français) avec Doris Barrot et deux soirées collectives sur la grande scène. Première soirée sur le thème Das ist doch der Gipfel ! (autrement dit, C’est le comble !). Deuxième soirée, en quatuor féminin, pour célébrer La première fois, sous mille et un angles, y compris celui auquel vous pensez.

JANVIER 2015

CORCELLES-CORMONDRECHE. 25 janvier.

05-Passcontes-CORCELLES-©-Guillaume-Perret

Elle est fascinante, cette église médiévale métamorphosée en lanterne magique. Merci à Bernard Colomb et Amandine Baldi, les géniaux directeur technique et apprentie technicienne du Théâtre du Passage qui ont osé installer les projos de sorte qu’ils éclairent les vitraux…de l’extérieur !

Et les gens sont rassemblés, comme pour un culte, et s’étonnent de tout avec humour. Oui, le mot foutre a été prononcé dans le temple à l’occasion de ces Contes de derrière l’église, en contexte et sans choquer le pasteur (venu d’ailleurs) et les fidèles. Il faut dire qu’il y avait aussi deux récits tirés de la Bible parmi les fabliaux et les contes facétieux, l’histoire de la jeune Marthe à l’écoute si fine et de Simon, l’ami solide comme une pierre.

DÉCEMBRE 2014

SAINT-AUBIN. Caves de la Béroche. 15 décembre. 10 h et 14 h.

1991313_m1mst1w500q75v50471_._Photos_DC_LUC_103129-GGV3ANAO7.1-ORGCadre inhabituel pour le jeune public que ces Caves de la Béroche qui ne sentent pas le chocolat ! Ariane Racine présente un programme de contes traditionnels et de légendes régionales aux élèves et enseignants de l’école Les Cerisiers. Salle comble, subtiles odeurs de vin qui prépare sa deuxième fermentation dans les cuves et ambiance de course d’école avec de beaux silences par moments.

 

Bravo aux organisatrices de cette sortie et à l’équipe technique du Théâtre du Passage. Merci à Caleb Grob, patron des lieux.

 

SAINT-AUBIN. Caves de la Béroche. 13 décembre. 19 h.

Le Théâtre du Passage installe ses chaises dans les copeaux de bois du Marché artisanal de Noël. Cela vous transforme une cave coopérative en salle de spectacle décorée avec des tentures de papier aux couleurs des roses de la Béroche. La Rose de la Béroche, une légende régionale racontée ce soir-là par Ariane Racine devant un public prêt à rêver. Le Pass’Contes a passé le cap des quatre étapes (4/12) avec un bel accueil des habitants de la région.

COIRE. Musée de la nature des Grisons. 10 décembre. 18 h.

Image Sandra Roth

Sur une invitation du Muséum d’histoire naturelle de Neuchâtel, Ariane Racine se glisse dans le minibus affrété par le musée. En route vers Coire, de Neuchâtel aux Grisons, en une nuit. Il s’agit d’une sortie honorifique pour Christophe Dufour, Celia Bueno et toute l’équipe: l’Académie suisse des sciences naturelles décerne son Prix Expo 2014 à l’exposition neuchâteloise «Donne la patte! Entre chien et loup». Le Jury relève « une très belle réussite pédagogique, un phrasé scénographique impressionnant (…) Le tout présenté de manière infiniment subtile ». Ariane Racine a participé à cette aventure en écrivant et enregistrant des textes et des contes diffusés dans l’exposition. Sur des images de la vidéaste Sandra Roth, la conteuse a imaginé les temps mythiques de la pré-domestication du loup.

VAL-DE-RUZ, LA JONCHÈRE. La Joliette. 6 et 7 décembre.

Dans la yourte installée au jardin et pleine à craquer, on a chanté, raconté, éclaté de rire et joué aux devinettes d’ici et d’ailleurs. Les apprenties sont devenues de véritables conteuses face au public. Expérience heureuse pour les participantes de l’Atelier de contes donné par Ariane Racine dans le cadre des 20 ans de RECIF.

RECIF est un centre de formation et de rencontre pour enfants et femmes de Suisse, migrantes ou non migrantes. Cette association fête ses 20 ans, invitée par l’équipe de la Joliette, un autre lieu de formation et d’accueil où règne un air de liberté. Merci aux passionnés de RECIF et de la Joliette.

A LA RADIO (RTS). 4 décembre.

Sur les ondes de La Première de la RTS (radio télévision suisse), Corinne Métraux dite Lolita lit “Le bol de neige“, conte écrit et raconté par Ariane Racine le 13 décembre 2014 à Saint-Aubin dans le canton de Neuchâtel dans le cadre du Pass’contes du Théâtre du Passage.

NOVEMBRE 2014

ORBE. Théâtre de la Tournelle. 29 et 30 novembre.

Le 16 décembre 2014, l’émission Vacarme (RTS) a diffusé un reportage de Sonia Zoran intitulé Le loup, notre ennemi, notre frère : il s’agit d’un entretien avec Henri Gougaud et Ariane Racine. On peut y entendre aussi des extraits du tour de contes Notre côté loup, contes de liberté donné ces deux soirs-là à Orbe.

Orbe 2014

« Maigre ou puissant, terrifiant ou fascinant, le loup est présent dans de nombreux contes, dit le texte de présentation de la radio suisse. Y compris des contes de liberté, quand ce sont Ariane Racine et Henri Gougaud qui content au Théâtre de la Tournelle à Orbe. Sur scène et au coin du feu, dans l’ancienne prison, des mots choisis et des récits pour comprendre et suivre le loup, archétype de la peur, mais aussi symbole de liberté ou de réconciliation possible avec notre sauvagerie enfouie. »

Un grand merci à Sonia Zoran pour son écoute généreuse, ses questions insistantes et le reportage très vivant qu’elle a tiré de son voyage dans ce pays de loups.

PESEUX. Grand salon de la Maison de Paroisse. 16 novembre.

03-Passcontes-PESEUX-©-Guillaume-Perret

Parfums de dare (en dialecte jurassien, branches de sapin fraîchement coupées), de mousse et d’amadou (ou amadouvier, champignon en forme de coquillage qui servait autrefois de combustible. Du provençal amadou, amoureux, parce que ce champignon prend vite feu) dans le vieux salon tout boisé pour Les Légendes des forêts. Deux rendez-vous avec le public cette après-midi de dimanche grise et froide. Réjouissante affluence, tous âges réunis. Ariane Racine mène son public par des sentiers sauvages, lui fait rencontrer un loup et des aigles qui parlent, un niton des bois, un veau-mouton qui a appris à tricoter, sans oublier un aller simple pour le paradis d’une clairière où volent les papillons azurés.

Muchas gracias à Ruben Pensa avec son bar ambulant pour l’association Maloka, La Maison du Peuple. Merci aussi à l’équipe du Théâtre du Passage sur place : Amandine Baldi, Robert Bouvier, Tiziana Chiaravalle, Bernard Colomb et Madame Véronique.

A LA RADIO (RTS). 11 novembre.

Deux contes traditionnels lus par Lolita passent sur les ondes de La Première de la RTS (radio télévision suisse). Le Niton et La naissance du violon sont à l’affiche de l’émission « Dernier rêve avant la nuit » du 11 octobre pour annoncer la soirée de contes donnée 5 jours plus tard par Ariane Racine à Peseux, Légendes des forêts.

COURTELARY. Le Toit des Saltimbanques. 7 novembre.

Le Toit des saltimbanques 1

Invitée par la bibliothèque de Courtelary, Ariane Racine propose son tour de contes De l’étincelle aux étoiles au théâtre de poche du Toit des Saltimbanques. Les musiciens Christian Torropinto et son complice cubain Amigues prolongent la soirée avec des chansons d’Amérique Latine. Cristina Roters, auteur-illustratrice de livres de contes, présente ses dessins et ses livres écrits en allemand. Quelques pas de danse, des discussions autour d’un casse-croûte goûteux, des échanges de nouvelles et des voeux pour la suite. Un bel accueil.

OCTOBRE 2014

BEVAIX. Grange de l’Abbaye. 26 octobre.

Cris d’oiseaux marins sur le lac au soleil couchant, grange de l’abbaye ouverte, les gens se hâtent vers le haut-lieu connu de tous et de presque personne. « Je savais que cela existe, cet ancien monastère, je regardais le site depuis la plage de la Pointe du Grain, mais je ne m’étais jamais approchée. C’est un sacré promontoire, c’est splendide ! » s’enthousiasme une spectatrice. « Avec le Pass’Contes, je découvre des contes et des coins magnifiques de cette région où je me suis installé il y a deux ans » ajoute un jeune homme.

Amandine Baldi et Pascal di Mito ont préparé un bel espace pour ces Contes des Voyageurs. Une soixantaine de personnes sont au rendez-vous pour écouter Ariane Racine. Elle leur fait remonter le temps jusqu’à la fondation de l’Abbaye en 998, revient à la pierre aux deux loups scellée sur l’église de Bevaix, évoque l’homme sculpté sur la pierre préhistorique retrouvée à Trétel et emmène son monde sur les routes du voyage. Parfois un bref trajet prend des allures de tour du monde…

A la fin de la contade, le public sort et s’étonne que les étoiles du dernier conte brillent aussi sur le lac de Neuchâtel.

Muchas gracias à Ruben Pensa venu tenir un bar ambulant pour son association Maloka, La Maison du Peuple, qui soutient les migrants d’Amérique Latine.

SEPTEMBRE 2014

A LA RADIO (RTS). 15 septembre.

Sur les ondes de La Première de la RTS (radio télévision suisse), dans l’émission « Dernier rêve avant la nuit » du 15 septembre, Lolita lit deux contes d’Ariane Racine, La Sauce au vert, suivi de Noé et les deux anges.

 MILVIGNES. Au village d’Auvernier (CH), dans le Pressoir du Château d’Auvernier.

Il était une fois au pays des Mille et Une vignes un château. Dans ce château, une famille, les Grosjean. Dans cette famille, une femme, Isabelle, et un homme, Thierry, prêts à accueillir généreusement un évènement culturel organisé par le Théâtre du Passage de Neuchâtel : la première étape du Pass’Contes, avec Les Contes de la gourmandise et de l’ivresse donnés par Ariane Racine.

Le public s’est déplacé en nombre et il a pris goût aux histoires. Deux représentations, deux chaleureuses rencontres et du vin des vignes.

« C’est des mercis qui me viennent maintenant que l’aventure du Pass’Contes prend la route par les villages en cette fin septembre douce ! Merci à Tiziana Chiaravalle pour sa présence et son aide, à Robert Bouvier pour sa complicité artistique et sa confiance, à Bernard Colomb pour la mise en espace & lumière dans ce pressoir si crypte et son soutien, à Jean-Marie Liengme pour le siège-escabeau et la baladeuse, à Garance Willemin pour le visuel, à Giona Mottura pour l’accueil, à Henry Grosjean et ses parents pour leur ouverture, aux couvreurs Batinic et aux menuisiers-charpentiers Tschäppätt, à Madame Lolita de la Radio et à Madame Dominique des Journaux, à Benoît Frachebourg et à l’afficheur Giuseppe, sans oublier le public dont les habitants des trois villages et la belle nébuleuse des ami-e-s et tout proches ».

Notes pour le carnet de route, Ariane Racine, septembre 2014.

JUILLET 2014

 cucugnan villageCUCUGNAN. Au village, dans les Corbières (F).

Pour clore le festival annuel de Cucugnan, une nuit du conte. Heures improvisées jusqu’à pas d’heure par un groupe informel surnommé les Zoraux. Mélange des présences et des absences, paroles & musiques, danses & discussions. « La nuit fut longue et l’aube était encore loin au moment du coucher des braves… “It’s a new dawn, it’s a new day, it’s a new life for me…“ comme chante la poètesse. J’ai conté, tu as conté, elle a conté, il aussi, nous avons conté – car les billets dans le chapeau nous ont désignés – , vous n’avez pas conté, parce que le galurin et la main innocente ont dit tintin, elles ont conté, ils ont conté, c’est ça qui compte, le jeu, le plaisir, les rencontres et les montagnes, l’eau, le soleil, les hirondelles sur la colline et les danses.» Notes pour le carnet de route, Ariane Racine, juillet 2014.

 

Les conteurs Jihad et Layla Darwiche avec Ali Merghache, musicien. Musée Ariana, Genève.

Les conteurs Jihad et Layla Darwiche avec Ali Merghache, musicien. Musée Ariana, Genève.

GENÈVE (CH). Musée de l’Ariana.

« Une nuit entière sur des coussins volants, à écouter des contes, partir au coucher d’un soleil roux et atterrir au lever d’un soleil doux qui monte par-dessus les cèdres et les chênes, face aux trois artistes qui ont tenu cette nuit par les fils de leurs voix et le battement du tambour » Cela s’est passé à côté du siège des Nations Unies (ONU), au Musée de l’Ariana. D’abord au jardin, puis dans la grande maison pleine de céramiques & porcelaines. Les conteurs Jihad et Layla Darwiche, père et fille, font vivre l’Orient des Mille et Deux nuits à un public qui en redemande. Le musicien Ali Merghache est là. Les convives se régalent de mots, de mets raffinés et de thé. Et c’est comme si le soleil se levait sur un monde pacifié ». Notes pour le carnet de route, Ariane Racine, juillet 2014.

 

JUIN 2014

NEUCHÂTEL (CH). Théâtre du Passage.

Présentation de la Saison 2014-2015 du Théâtre du Passage. Le théâtre régional de Neuchâtels’ouvre aux contes. Robert Bouvier, directeur du Passage, annonce que pour la quinzième saison de sa maison « (…) chaque commune qui le soutient pourra accueillir la conteuse Ariane Racine, offrant chaque mois ses échappées belles dans des lieux pittoresques. (…) ». C’est l’aventure du Pass’contes: première le 21 septembre 2014 à Auvernier.

 MAI 2014

« Je découvre l’affiche du Pass’Contes réalisée par Garance Willemin : une lampe baladeuse allumée dans la nuit. Jaune, vert, bleu. Cette lampe est attirante comme une île, ça promet. Ah ! Si je pouvais être comme une île quand je conte, comme une baladeuse, une conteuse baladine…La graphiste imagine les affiches du Théâtre du Passage depuis son ouverture il y a 15 ans. C’est une artiste aux images oniriques et aux signes percutants. »

 

NEUCHÂTEL (CH). Théâtre du Pommier.

 « Il y a de l’effervescence dans l’air du Théâtre du Pommier. C’est le “Conteurs Contest“. On se retrouve entre conteuses, on (re)fait connaissance, on se donne des nouvelles, on commence par casser la croûte au foyer. Souvent individualistes, solitaires parfois, solidaires de “justes“ causes, les gens du conte ont beaucoup à partager. Le temps d’un soir comme celui-ci, l’amitié et la joie des retrouvailles dominent. Je parle avec chacune, avec chacun, car ce soir, je joue le rôle de la meneuse de cabaret et je cherche à créer un effet de troupe. Avec la complicité de mes amis de Paroles, Annelise Hunziker, Caroline Cortès et Pierre Villars, nous avons fait le pari de tenir un bon rythme pendant… quatre heures pour que le public reste ! Daniel Richard, artiste des montagnes, nous a construit un sablier géant tournant avec des matériaux de récup’, le temps est notre allié. Une vingtaine de personnes se succèdent sur scène, c’est beau, c’est varié et dans l’air, il flotte un parfum…, mais c’est “Contade de printemps“ »

Le “Conteurs Contest“est un cabaret tournant qui réunit 2 à 3 fois l’an sur une scène des personnalités romandes qui pratiquent l’art du conte. Après Sion et Genève, c’est le public neuchâtelois qui est convié à une réunion de conteuses et conteurs vivant en Suisse romande. La formule est née en 2013, imaginée par un trio, Deirdre Foster (GE), Béatrice Leresche (VD) et Christine Métrailler (VS).

 

NEUCHÂTEL (CH). Théâtre du Pommier.

Casse-croûte avec Daniel L’Homond, conteur-voyageur qui fait halte à Neuchâtel après le festival genevois de Plan-les-Ouates. Accordéoniste, il chante entre ses histoires et sa longue expérience de la scène en fait un as des transitions habiles.

 

Savagnier (CH). Grange des Ateliers Sylvagnins. 30 mai 2014.

Soirée amicale des conteuses et conteurs réunis autour de Jihad Darwiche l’Oriental après quelques beaux jours de formation organisés par l’association Paroles au fond du Val-de-Ruz.

 

Neuchâtel (CH)

« Suite des préparatifs pour le Pass’contes à Neuchâtel avec la joyeusement passionnée équipe du Théâtre du Passage, le théâtre régional. C’est le moment de poser tout ce que nous avons imaginé et assemblé au fil des mois: textes, images, graphisme, partenaires, espaces, publics, calendrier. La soirée de présentation de la saison 2014-2015 a lieu le 17 juin dans la grande salle du Théâtre : mystère et surprise à l’affiche ! » Notes pour le carnet de route, Ariane Racine, mai 2014.

 

Sucy-En-Brie (F)

« Premières cerises rouges sur les branches, les lilas zé les roses : le mai parisien me fait penser aux barricades de la Commune et à Mai 40. Tout est si paisible pourtant à Sucy-en-Brie, au sud de Paris, sous les marronniers en fleurs de la place de la gare qui cache la ville. Visite amicale au conteur Ludovic Souliman qui m’attend dans son camion turquoise. Il donne un atelier de contes tout près de là, à la Ferme du Grand-Val. Dans ces bâtiments autrefois liés à un des grands châteaux de Sucy, la municipalité a établi son centre culturel, avec plusieurs salles de spectacles et d’art. Dans la cour de l’ancienne ferme, un théâtre de pierre accueille les spectacles d’été. Ludovic Souliman y enseigne l’art du conte depuis plus de 10 ans. » Notes pour le carnet de route, Ariane Racine, mai 2014.

 

Neuchâtel (CH). Théâtre du Pommier (CCN). 10 mai 2014.

Un vrai théâtre de poche, des lumières, trois heures d’histoires, 15 conteuses et conteurs de Suisse romande, un public curieux… et dans le rôle de la conteuse-meneuse de cabaret, Ariane Racine, entourée de ses amis de l’Association Paroles, Caroline Cortès, Annelise Hunziker et Pierre Villars. C’était le Conteurs Contest (il ne s’agit pas de conteurs qu’on teste, mais d’une amicale) qui réunit 2 à 3 fois l’an, sur une scène, des personnalités romandes qui pratiquent l’art du conte. La formule est récente. Elle est née en 2013, imaginée par un trio de conteuses romandes dont Béatrice Leresche (VD) et Christine Métrailler (VS) présentes à cette troisième édition à Neuchâtel, après Sion et Genève.

Le public a aimé sourire, frémir, rire, jubiler, rêver et manger la bonne soupe offerte par les étudiantes de l ’AED, l’alternative étudiante durable. Vers minuit, un grand couscous réunissait tout ce beau monde dans le foyer du Théâtre du Pommier qui sera le coeur du festival de contes Paroles sous le Pommier 2015, deuxième édition. Oui, cela s’appelle Paroles sous le Pommier au lieu de Words, words, words under an apple tree

 AVRIL 2014

Ariane désert-small « Ah , vieux rêve de traversée du désert ! Tête brûlée, pieds nus, eau précieuse, biscuits au miel, feu pour la fumée, toux dans la tempête. Qu’est-ce qui reste après les nuits sur les dunes? Le désir de rencontres nouvelles ou renouvelées. C’est écrit sur le sable doux, à la plume. La plume d’un oiseau tenue, tige en bas, par le vent. Un oiseau captivé, déplumé et avalé par le faucon. Le faucon que je regarde repartir sur les ailes du vent, avec le passereau. Une rencontre. (…) Je ne dirai plus jamais les mots « désert de sable », «caravane », «soif», «sirocco», «à l’ombre d’un feuillage» et «thé de l’hospitalité» comme avant. (…) Entendu : « les oiseaux émigrateurs » pour migrateurs : une seule lettre, une goutte d’exil, un autre voyage ». Carnet de route, Ariane Racine, avril 2014.

« Littoral neuchâtelois. Repérage des lieux – hangar à bateaux, carrière, site artisanal, grange, jardin botanique ou pressoir – qui accueilleront dès septembre 2014 les étapes du Pass’contes. Visite des 12 lieux avec Guillaume Perret, photographe, pour illustrer le futur Leporello (dépliant) d’images oniriques ou intriguantes liées à la douzaine de soirées de contes. Une vieille baladeuse sert de fil lumineux dans ces crépuscules. Recherche et premiers choix d’histoires. Écriture.» Notes pour le carnet de route, Ariane Racine, avril 2014.

MARS 2014

Montreuil (F), Salon de la rue Parmentier 74. 15 novembre 2014.

 « Sous nos pieds, il y des mondes. D’abord, le chauffage au sol du salon de Martine Auger, notre hôtesse. Puis le système complexe des canalisations de Montreuil et par-dessous, la ligne 9 et le métro. Plus bas encore, plus profond, il y des mondes, trois mondes. Nous, nous vivons dans le quatrième, mais pas depuis toujours. Comment tout cela a-t-il commencé ? » C’est avec les contes de son spectacle « De l’étincelle aux étoiles » qu’Ariane Racine est passée chez Martine Auger, amie des contes et de la musique. Ambiance de retrouvailles amicales et d’écoute fine dans un lieu ouvert sur son jardin clos.

 

Ariane IstanbulIstanbul (TUR). Consulat Général de France, Institut français d’Istanbul, Istiklal Caddesi N°4 – 34435 Taksim. Samedi 1er mars.

Sarah Gombert de la médiathèque de l’Institut français a donné carte blanche à Ariane Racine pour une heure de contes tout public. Sont venus l’écouter des adultes, avec ou sans enfants, des enfants, avec ou sans adultes, en tout une vingtaine de personnes à se laisser emporter sur les ailes des Contes pour apprendre à voler. Un grand merci à Cem Madra, bibliothécaire bilingue comme c’est rare de l’être, pour son aide lors des conversations qui ont suivi les contes.

 

 

 

 

FÉVRIER 2014

Corgémont. Café de la Gare. Mardi 25 février 2014.

Annabelle Baertschi, enseignante à l’École secondaire du Bas-Vallon, a proposé à Ariane Racine de rencontrer ses élèves hors cadre scolaire, dans l’arrière-salle du Café de la Gare, et de conter pour eux. Changement de cadre pour les jeunes de ce public sympathique et content de créer un temps spécial autour d’un livre lu en classe, Du poil de la bête (OSL, 2013), d’Ariane Racine, justement. Annabelle Baertschi, pédagogue hors pairs, a su créer un climat propice au dialogue.

Ivry-sur-Seine (F). Forum Léo Ferré. 11, rue Barbès. Dimanche 16 février 2014.

Lieu libertaire dédié au spectacle vivant et à la chanson, le Forum Léo Ferré est animée par une équipe de passionné-e-s. Depuis fin 2013, avec Le Cabaret d’Henri Gougaud, les contes ont leur place dans cet espace noir où on boit un bon petit rouge à de grandes tables orientées vers la scène. Autour du conteur Henri Gougaud étaient réunis ce soir-là, Barkaam Louail, Vasken Solakian, Pierre Viruega, Ariane Racine et Bernadette Bricout qui a lu les réponses du Cadavre Exquis (ce soir-là, assemblage fortuit de questions et de réponses écrites par le public sur des billets mélangés).

Parmi les perles, celles-ci :

– Qu’est-ce qu’un grain de sable sur un chapeau de feutre ?
– C’est avoir la cervelle en fête.

– Qu’est-ce que le paradis ?
– Une fontaine d’eau fraîche.

– Qu’est-ce que l’humour ?
– Une faille écrite dans le vide du temps.

– Qu’est-ce qu’au juste une jeune fille en fleur ?
– C’est une porte à ouverture automatique.

JANVIER 2014

Neuchâtel (NE), cour, bois et champs de la Ferme de Fontaine-André, 18 janvier 2014. Contes d‘hiver des 4 saisons de contes à la ferme.

Courageux et curieux, enmitouflés et réchauffés, prêts à rêver par tous les temps, ils étaient une quarantaine à suivre la conteuse Ariane Racine à travers champs et bois. Ils ont marché d’un feu à l’autre pour trois temps de contes et final sucré thé-biscuits. Le brouillard assez doux, la lune derrière et les flammes des torches ont donné à la promenade contée une sacrée atmosphère. Des fées, douze comme les mois de l’année, se sont même montrées au coin du bois, près du réservoir à eau de la ville. Avec les contes, tout peut arriver.

Et après ces 4 saisons des contes à la ferme, l’expérience prend-elle fin ? La boucle est bouclée, mais la roue des saisons tourne et une ferme ne dort jamais. Le paysan et la conteuse inventeront-ils de nouvelles rencontres ? Probablement. A suivre.

DECEMBRE 2013

Bruxelles (B). Théâtre La Roseraie. Samedi 14 décembre. 20 h 30.

Un cireur de chaussures roulant carrosse et répondant au nom verni de Marc Shoeshine, un public belgo-bohême attablé à des tables couvertes de nappes bigarrées, des plateaux de bougies, du vin, de la bière, une scène orientale tendue de tapis et par-dessus tout cela,  une troupe de conteuses & conteurs emmenée par Henri Gougaud vers des promesse d’Exquise envolée. A chaque étape de la soirée, un conte, une voix, une présence. Un cabaret au parfum légèrement libertaire pour un soir de beaux partages. Ariane Racine remercie l’Atelier belge de son hospitalité.

NOVEMBRE 2013

Marin. Salle Perrier.Marin (CH). Espace Perrier. Samedi 23 novembre.
 Dès 19 h.

Dans une salle chauffée à feu doux par Edmée Fleury, Jean-Pierre Schaller, Tassilo Jüdt, Nicolas Wintsch et leur voyage poético-musical « Sam & Sue », conter des histoires d’amour tenait du plaisir. L’équipe d’Animtène a réussi son pari d’organiser une soirée gourmande consacrée à l’Amour pour bien commencer l’hiver. Les convives sont repartis contents, si on en jugeait par leurs regards et leur appétit pour les citations amoureuses à tirer du chapeau.

 

 

images-1Veyrier (GE), 16 novembre 2013.

Invitée par la Commission culturelle de la Commune, Ariane Racine a donné une heure de contes sous le titre : Histoires pour se réchauffer par temps frisquet. Un public d’adultes surtout était réuni sous le toit de la salle communale pour une rencontre bon enfant, suivie d’un apéritif pour se parler et échanger.

OCTOBRE 2013

imagesVevey (CH). Bibliothèque médiathèque municipale. Jeudi 24 octobre 2013. 10 h.

Deuxième visite de l’année dans cette bibliothèque dont les vitrines donnent sur le bleu Léman.

Ce matin-là, sur le quai, un passant demande à un pêcheur de le prendre en photo, lui le quidam,  avec le brochet (c’est poisson d’eau douce carnassier, le requin des lacs)  de 1 mètre 80 que l’homme à la canne à pêche a attrapé le matin-même, depuis le quai, à la ligne. Bon gars, le héros du jour prête sa prise à son admirateur et, une fois la photo prise (elle-aussi, quel pêcheur hors pairs!), rend son appareil au mec qui prenait la pose.
Le spectacle est dans la rue. Dans la salle où les étagères sur roulettes ont fait place aux chaises et bancs, cinquante personnes, deux tiers d’enfants et un tiers d’adultes, s’installent devant la scène installée par Caroline Buzzi, Madame Pro Contes des lieux.

SEPTEMBRE 2013

Neuchâtel, Fontaine-André, 21 septembre 2013.  Henri Gougaud et Ariane Racine, Notre côté loup.

Il arrive qu’un soir imaginé à l’avance se présente plus beau, plus grand, plus fou que rêvé.
Il arrive qu’un conteur qui remplit les salles de spectacle ait envie d’un public improbable qui saura s’émerveiller après la traversée d’une forêt, de trois ânes toutes oreilles parmi les spectateurs, d’odeur de foin et de feu, d’un char-scène à partager avec une amie, bref d’une nuit de contes à la campagne avec son casse-croûte paysan.
Il arrive qu’une conteuse puisse compter sur des êtres généreux prêts à organiser avec elle une soirée dans une écurie, par un temps encore assez doux et sec pour que les chèvres et les  brebis passent la nuit aux champs. Alors, dans l’espace libre d’une bergerie, par cette nuit de lune quasi-pleine, un miracle peut arriver.
Au premier soir d’automne, Henri Gougaud a répondu à l’invitation d’Ariane Racine de faire le voyage Paris-Neuchâtel aller-retour. Les deux conteurs ont donné une soirée de contes intitulée Notre côté loup. Le public était au rendez-vous, émerveillé, doux, bien présent. 

JUIN 2013

Photo : Albane Iris Berthoud

Photo : Albane Iris Berthoud

Neuchâtel (NE), Ferme de Fontaine-André, 22 juin 2013.

La soirée d’été des 4 saisons de contes à la ferme a eu lieu en plein air, dans le jardin de l’abbaye de Fontaine-André. Ce lieu privé vient d’être vendu par les anciens frères à un homme nouveau dans cette histoire. Il a aimablement autorisé les organisateurs à utiliser son théâtre d’herbe pour accueillir le public venu écouter la nouvelle contade d’Ariane Racine De l’étincelle aux étoiles.
 Pour en savoir plus sur ce programme, cliquez ici.

Image de Jean Nagel

Paris (F), atelier du conteur Henri Gougaud, 15 juin 2013.

Ariane Racine a présenté les huit contes de sa contade De l’étincelle aux étoiles devant Henri Gougaud et les conteurs de son atelier.

Vevey (CH). Bibliothèque médiathèque municipale. Mardi 4 juin 2013.

Comme ils étaient jeunes,  nombreux et attendrissants, les enfants venus ( accompagnés de femmes, enseignantes, gardiennes, mères ou grand-mères ) pour l’heure de conte. Ils ont fait bon accueil à Ariane Racine, conteuse inconnue à cette adresse.

La conteuse leur a parlé du haut de son tabouret, sans marionnettes, ni jeux de doigts, ni chansons et ils l’ont écoutée. Leur attention aux histoires, leurs échos, leurs questions tenaient du miracle par cette fin d’après-midi enfin d’été où le lac clapotait au soleil de l’autre côté de la vitre. Merci aux femmes présentes avec eux dans le public ou un peu à l’écart. Merci aux bibliothécaires de Vevey de faire une belle place aux contes et aux conteuses dans leur espace.

AVRIL 2013

Neuchâtel (NE), Ferme de Fontaine-André, 26 avril 2013.

Assis dans l’ancien pressoir à pommes devenu salle de contes le temps d’un soir, le public était au rendez-vous. Une bonne cinquantaine d’amatrices et amateurs qui prennent goût à la Saison des Contes à la Ferme…

Il faisait assez bon pour ne pas avoir froid malgré le printemps frais. C’est fou ce que la rencontre entre un public, des contes et une conteuse peut réchauffer l’atmosphère. Surtout avec un bol de grog entre les mains préparé par Lucia Gisler-Illi pour que les gens se sentent bien accueillis au domaine de la ferme de Fontaine-André. Merci à elle et à sa famille.

 

Paris (F), XIIème arrondissement. Librairie La Terrasse de Gutenberg, 17 avril 2013.

Malgré le soleil, une dizaine d’enfants et quelques adultes avaient choisi la cave et l’ombre. Ils étaient descendus les marches de l’escalier en colimaçon qui mène au sous-sol de la librairie pour une courte heure de contes. Ils avaient découvert un lieu aux murs tapissés de livres d’occasion. Ils attendaient sur les bancs que les contes viennent à être dits.

Après les contes, goûter et séance de dédicace de deux livres : Les Contes de la petite salamandre et Les Contes pour les curieux en herbe.Merci aux copines venues en voisines !

 

DECEMBRE 2012

Neuchâtel (NE), Hôtel Beaurivage, 2 décembre 2012.

Le grand salon d’un grand hôtel, c’est tout un monde. Surtout quand il est comble et réunit plus de 200 enfants et adultes venus à la fête de la Saint-Nicolas. Emilie Trasente, clown, et Ariane Racine, conteuse, ont présenté à ce public de bons clients de l’hôtel Beaurivage et de familles d’employés de l’établissement, une version grand format de Fourmidable !

Photo : calme et luxe d’une coulisse improvisée

Neuchâtel (NE), Salle de la société d’escrime, 1er décembre 2012.

Emilie Trasente, clown, et Ariane Racine, conteuse, ont donné la première de leur spectacle Fourmidable ! devant un public que quelque 70 adultes, adolescents et enfants. Accueil attentif dans une salle de sport transformée en salle de spectacle. Merci au maître d’armes David Bozier pour sa complicité.


Photo : Emilie Trasente (à dr.) et Ariane Racine

NOVEMBRE 2012

Neuchâtel (NE), Ferme de Fontaine-André, 3 novembre 2012.

En plein redoux de novembre, une soirée près du puits à écouter des contes anciens autour du feu. Une cinquantaine de personnes ont répondu à l’invitation de Lucia et Kurt Gisler-Illi, paysans du domaine. Les amateurs de contes ont surgi de la forêt à pied, à vélo ou en auto. « Une soirée archaïque et chaleureuse, une conteuse qui te laisse tout imaginer » a déclaré un spectateur en sirotant son vin chaud. Photo : après la contade.

Projet : Ariane Racine pourrait venir conter à la ferme aux quatre saisons de 2013. A suivre.

Montreuil (F), Salon de la rue Parmentier, 25 novembre 2012.

Devant un public d’ami-e-s bienveillant-e-s et néanmoins critiques, générale de Fourmidable ! Les contes de Beauravages par Emilie Trasente, clown, et Ariane Racine, conteuse. Pari du spectacle: faire dialoguer deux solistes jusqu’à former un duo insolite où l’auguste rencontre une conteuse qui lui fait l’effet d’un clown blanc. Contes et sketches se succèdent jusqu’à un numéro de clowns partagé.

JUIN 2012

Veyrier (GE), 13 et 20 juin 2012.

En partenariat avec le Théâtre de Carouge, la Commune de Veyrier a mis pour deux jours les contes à l’honneur de sa Mansarde, belle salle d’exposition et de musique située sous les toits du vieux collège. Jours d’été,  premières chaleurs: les personnes qui s’installent sur les bancs de bois sont des passionnés ou des enfants qu’il s’agit d’ensorceler, car ils ont renoncé à la piscine et aux jeux en plein air. Une heure pour allumer la lanterne magique et donner l’envie de rester encore un peu, caressé par le vent frais des histoires.

MAI 2012

Bienne (BE), 11 et 12 mai 2012.

Vendredi 11 mai: une quinzaine de personnes traversent à pas étonnés le pont de l’Elfenau et se dirigent vers la clairière elfique. Sous la façade invisible de la rue, des sièges disposés en théâtre. Il y a un paon et des passereaux, des églantines et des iris, des ruisseaux et des échos de la gare. Une jeune femme sert des verres de marsala. La conteuse vient s’asseoir sur un vieux siège de piano posé sur l’herbe. Il fait doux, la nuit vient. Les contes du Décaméron aiment les soirs d’été dans les jardins anciens.

Samedi 12 mai : le temps a tourné, la température a chuté, la conteuse prépare des couvertures de laine. Déjà l’automne ? Finalement, grâce à la maîtresse de maison qui a apprécié la contade de la veille, les contes s’invitent au salon devant la cheminée qui crépite. Dehors, au bord de la fenêtre, loin du feu qui leur fut fatal, le paon s’est perché pour avoir des nouvelles de la grue et du faucon, deux oiseaux dont le destin l’a ému la veille, quand il écoutait les contes de Boccacce au jardin.

Jean-François Jobin était assis dans le public du 11 mai: son écho.

MARS 2012

Neuchâtel, 11 février, 12 et 25 mars 2012.

25 mars : petit public dedans, grand soleil dehors. Feu dans la cheminée, verre de l’amitié et contes pour ce dernier des trois rendez-vous dans le salon neuchâtelois. Merci aux hôtes Françoise et Craig Penlington du Restaurant DuPeyrou pour leur accueil.

12 mars: ils sont presque trente devant les bûches qui flambent et la conteuse qui se souvient. Au programme : La Grue, L’art d’apprêter les restes, Les trois anneaux, Le Palefrenier et Le Faucon.

11 février: Le Faucon et autres trésors, première de la contade. Dehors, il gèle. Dedans, il gèle aussi ou presque. Malgré le feu dans la cheminée et le marsala dans les verres, le froid gagne. Les fenêtres du alais qui a vu passer bien des hivers rudes depuis la visite de Jean-Jacques aiment la caresse des courants d’air. Dix-huit personnes ont bravé l’hiver pour venir écouter ces histoires qui s’inspirent du Décaméron de Boccace. Elles jureront, en fin de contes, que le feu, les glaces et les dorures des lieux vont bien avec leur Renaissance toscane intérieure et qu’elles n’ont pas eu si froid que ça. Merci à l’hôtesse Françoise Penlington qui a ouvert son grand salon.

480_1259579680Bordeaux, mardi 13 mars 2012.

Le Faucon et autres trésors a été conté le 13 mars 2012 par Ariane Racine à Bordeaux, au Chat Noir. L’organisatrice de cette soirée était Chantal Constant, conteuse et tisseuse d’un réseau de conteurs en Aquitaine.
Le Chat noir cha vert, c’est un bistrot accueillant tendance libertaire et multilingue. Une patronne et un patron en or, Saïd Asaadi et Elodie Lussagnet, avec des étudiantes éclairées au service et des habitués partageurs aux tables. En plus, une terrasse donnant sur une des plus vivantes places de Bordeaux et une cuisine bon marché au propre comme au figuré avec des produits frais qui sont bio sans s’en vanter.
Et pour les contes ? Une arrière-salle haute de plafond, avec des meubles variés aux couleurs chaudes et des bougies allumées autour de la cheminée condamnée. L’escalier de la cave aux pierres blondes en guise de coulisse et une trentaine de personnes prêtes à partir par les collines aux oliviers vers une Toscane rêvée. A Bordeaux, on a soif d’Italie. A Florence, on a soif de France. Toujours nos rêves éveillés d’ailleurs ressemblants et différents !

Bordeaux (F). Au Chat noir, cha vert (orthographe d’origine contrôlée). Place Saint-Michel, 47, rue des Faures. Tél.: 05 57 95 93 32.

 Photo : au fond à gauche, l’adresse du Chat Noir Cha vert.

FEVRIER 2012

Montreuil, samedi 4 février 2012.

Dans le salon de la Rue Parmentier, une bonne trentaine de personnes et une chatte sont venues se réchauffer autour de la scène ouverte de Martine Auger. Ce soir-là les conteuses & conteurs étaient Madame Caroff, Michel Dambron, Hugues Houssin, Miriam Rubis et Ariane Racine. Clown : la frémissante Emilie Trasente. Chanson : Martine Auger (chant) et Claudine François (piano). Il faisait bon dans la maison de Treuilmont alors que dehors, ça caillait ferme.

DECEMBRE 2011

Auvernier, Noël des Anciens, 20 décembre, 2011.

Une promenade vers la salle des contes et trois chants de Noël improvisés (après une choucroute garnie, son dessert de bûche à la crème, les cafés et pousse-café, plus le concert des enfants venus de l’école primaire d’à côté) ont suffi à réveiller ce public étonnant : une bonne trentaine d’amateurs de contes, des femmes et des hommes très pétillants à l’heure de la sieste. Conter pour les Anciens de ce village, un plaisir. Merci de l’accueil.

NOVEMBRE 2011

Montreuil, samedi 12 novembre 2011.

Dans le salon de la Rue Parmentier, le public était au rendez-vous pour découvrir les 6 conteuses et conteurs de la soirée sur la scène ouverte. Merci à Martine Auger, hôtesse de cette accueillante maison.

Troyes, dimanche 27 novembre 2011.

La Rue des Quinze Vingt va droit au coeur de la vieille ville médiévale de Troyes. Son nom évoque 300 chevaliers revenus aveugles d’une Croisade où l’Est et l’Ouest se faisaient la guerre et des misères. Voilà pour hier. Et aujourd’hui, en 2011? Des femmes, quelques hommes et des enfants, ont grimpé le raide escalier de bois du numéro 26 jusqu’à une des chambres hautes où des chaises orientées vers la rue les attendaient, face à une chaise unique sous un arbre vivant en pot. La conteuse leur a demandé:quel éclairage voulez-vous pour cette contade de fin d’après-midi, les quatre néons du plafond ou cette bougie qui a voyagé avec moi  ? Les gens ont choisi le feu et l’obscurité qui s’installe au rythme de la saison. Ils ont écouté les contes doucement. Parfois ils ont ri. Derrière le bar, deux grands chiens dormaient .

OCTOBRE 2011

Morges, dimanche 23 octobre 2011

Invitées par Sandra Meyer et le Festival de la Salamandre, Corinne Fournier et Ariane Racine ont conté de 10 heures du matin à 18 heures du soir, en alternance. Les contes sont bel et bien venus, les gens aussi. Plus de 500 personnes, de tous âges, ont pris place ce jour-là sous la Yourte aux Contes.

Neuchâtel, Muséum, le 5 octobre 2011

2 oct. 2011 2 oct. 2011 Montreuil sept. 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Ils sont là, il paraît qu’ils sont plus de quarante adultes et enfants »

SEPTEMBRE 2011

« Qu’ils viennent quand ils voudront ! » dit la conteuse en prenant place sur la pierre, invisible et prête à apparaître. Elle a attendu. Elle a conté pour deux pigeons, pour une fillette de passage et pour un chien en promenade libre.

Montreuil, Parc des Guilands, le 15 septembre. 

 

A NYMPHE ECHO ET LE DIEU PAN

Il existe plusieurs histoires sur l‘origine des échos. En voici une: La nymphe Echo était une jeune beauté champêtre. Elle parcourait, tout de mystère vêtue, les vallons des contrées méditerranéennes. Elle chantait, elle jouait de la flûte, elle se faufilait entre les haies pour fuir, farouche, le contact des hommes et des dieux, surtout de l’Amour. Mais Pan, le dieu aux sabots de presse-book, le joueur de pipeau et desyrinx, l’ambianceur des soirées sauvages en plein air, la voulait. Elle n’a pas voulu. Alors, dépité et en colère, le dieu a étendu son état amoureux à tous les bergers qui rencontraient Echo ou qui l’écoutaient. A leur tour, les bergers désiraient tant Echo que, ne pouvant la posséder, ils se sont alliés pour lui nuire. Ils l’ont attaquée, ils l’ont mise en pièces, ils l’ont dispersée en mille éclats de voix et de chaire. Quoique invisible, Echo est toujours vivante. Elle tend l’oreille, partout et nulle part, conservant la mémoire des musiques du monde. Ces rengaines qui nous reviennent, c’est encore elle. De plus, la nymphe s’amuse parfois à redoubler les sons. Les humains disent alors : «Tiens ! Un écho». Alors ils appellent encore une fois, pour mieux s’entendre ou en espérant une réponse de dieu sait qui. Ils font : «Ohé !» et la réponse arrive: «Ohé !». Un écho, c’est un retour qui fait plaisir ou qui fait avancer.