La visite d’Henri Gougaud

Neuchâtel, Fontaine-André, 21 septembre 2013.
Henri Gougaud et Ariane Racine,
Notre côté loup.

 

Il arrive qu’un soir imaginé se présente plus beau, plus grand, plus fou que rêvé.

Il arrive qu’un conteur qui remplit les salles de spectacle ait envie d’un public improbable qui saura s’émerveiller après la traversée d’une forêt, de trois ânes toutes oreilles parmi les spectateurs, d’odeur de foin et de feu, d’un char-scène à partager avec une amie, bref d’une nuit de contes à la campagne avec son casse-croûte paysan.

Il arrive qu’une conteuse puisse compter sur des êtres généreux prêts à organiser avec elle une soirée dans une écurie, par un temps encore assez doux et sec pour que les chèvres et les  brebis passent la nuit aux champs. Alors, dans l’espace libre d’une bergerie, par cette nuit de lune quasi-pleine, un miracle peut arriver.

Au premier soir d’automne, Henri Gougaud a répondu à l’invitation d’Ariane Racine de faire le voyage Paris-Neuchâtel aller-retour. Les deux conteurs ont donné une soirée de contes intitulée Notre côté loup. Le public était au rendez-vous, émerveillé, doux, bien présent.