Le Pass’contes

Une année, 12 lieux, des dizaines de contes

 

L’origine du projet

Le Pass’contes est né de la rencontre entre l’équipe du Théâtre du Passage de Neuchâtel et Ariane Racine. Le théâtre cherchait une idée hors ses murs pour la saison 2014-2015. La conteuse souhaitait inventer une formule pour rassembler des gens dans des lieux décalés, accueillants et poétiques après le succès des 4 saisons de contes à la ferme (2013-2014). Ils se sont alliés pour créer le Pass’contes, une co-production soutenue avec largesse par des entreprises et associations de la région du Littoral.

 

Feuilleter le programme du Pass’contes

 

Les étapes du Pass’contes

Photographies: Guillaume Perret

 

 

Un mot pour voyager

Pass’contes est un mot-valise, un mot sac de voyage avec, dans la poche intérieure, un passeport vers les contes. Pass’, c’est aussi la marque du Théâtre du Passage, théâtre régional de Neuchâtel, relié à toute une région. Et justement, c’est à travers cette région qui compte 12 communes solidaires de la maison animée par Robert Bouvier et sa belle équipe qu’Ariane Racine, la conteuse, s’en va pendant une année entière raconter des histoires. « Avec ce projet, je deviens une colporteuse d’histoires. Mon arrière-arrière-grand mère était colporteuse dans les Alpes. Colporter veut dire porter sur le col, sur les épaules, et aller de lieu en lieu. Porter des contes, c’est léger et profond (…) Avec le Pass’contes, je serai colporteuse d’histoires. Conteuse est un métier étonnant, curieux, magique, qui tient la route aussi au XXIe siècle !» écrivait Ariane Racine en août 2013 dans sa présentation du projet.

 

Le Pass’contes dans la saison 2014-2015

« Sa quinzième saison, le Passage a voulu la fêter avec toutes les communes qui le soutiennent. Chacune d’elles pourra accueillir la conteuse Ariane Racine, offrant chaque mois ses échappées belles dans des lieux pittoresques. (…) »

Robert Bouvier, directeur et homme de théâtre, édito du programme du Théâtre du Passage de Neuchâtel

 

Présentation

Le Passage prend des chemins buissonniers et invite ses spectateurs à rejoindre Ariane Racine pour découvrir ses contes d’ici et d’ailleurs. On peut s’y perdre et s’y retrouver après de délicieux effrois, de troublants échos, mille et une surprises.

Septembre, un pressoir transformé en théâtre de poche. Octobre, une grange. Novembre, un salon du XVIIIe. Décembre, au marché de Noël. Janvier, une église romane. Février, au coeur du Laténium et ainsi de suite, pendant une année entière. Chaque mois, un dimanche, le Pass’contes vous donne rendez-vous dans une commune des environs de Neuchâtel. Pour une heure de contes choisis et (ré-)inventés par Ariane Racine, différents selon les lieux et l’humeur du temps.

A qui, ces histoires, ces légendes, ces Il était une fois ? A celles et ceux qui, quel que soit leur âge, aiment allumer leur lanterne magique toute personnelle en entendant la voix des contes. Pour mieux entrer dans le paysage que l’on traverse tous les jours, par la route, par le rail, en partant de la maison et au retour. Pour donner du sens aux essais, aux choix, aux rêves. Pour sourire des aventures de personnages plus ou moins héroïques, mais si humains ! Ariane Racine poursuit sa trajectoire singulière, s’attirant notamment la reconnaissance du célèbre conteur Henri Gougaud : « Ariane Racine est douée d’une qualité rare et paradoxale en ce qu’elle allie deux apparents contraires : la force rayonnante d’une de ces conteuse paysannes qui faisaient les beaux soirs d’hiver, dans le jadis des contes, et une hauteur de langue, une tenue expressive tant savoureuse qu’aristocratique. Définir en deux mots cette qualité double ? Une noblesse familière. Voilà. Ariane est une conteuse d’une noblesse familière, et on n’en trouve pas beaucoup de cette sorte. »

Texte du programme du Passage 2014-2015.  Le programme en PDF.

 

Une carte pour voyager

Lire la carte du Littoral neuchâtelois, repérer les 12 lieux du Pass’contes et visualiser pour de presque vrai le paysage.