Giono (VIII)

Huitième étape: un extrait de L’eau vive de Jean Giono. Ce qui coule de la bouche du fontainier “Ce que je veux vous apporter, c’est de l’eau claire. A peine ça. Mon ami le fontainier m’a dit : « La vie, c’est de l’eau. Mollis le creux de la main, tu la gardes. Serre le poing, tu la perds ». Je le vois. Il était devant ...

Kessel (VII)

Septième étape: La figure du conteur hors d’ âge chez Joseph Kessel. « L’Aïeul de Tout le Monde !» Quand je l’ai lu à 16 ans, sur le conseil d’un soldat revenu de guerre, je l’ai trouvé euphorisant, apaisant comme un orage dans la nuit, riche en hommes remarquables, pauvre en femmes à admirer, plein de sueur, d’amour et de larmes. Ces jours d’automne 2013, ...

Jaulin (VI)

Sixième étape: Le conte révolutionnaire chez Yannick Jaulin.  « Un voyage intérieur qui met en scène des parties de nous-mêmes » Dans le livre qui accompagnait son spectacle Le Dodo (2011, éditions paradox), le conteur humoriste chanteur et comédien Yannick Jaulin évoque la force révolutionnaire des contes, c’est à dire leur pouvoir de nous amener au changement. Cet hiver, Yannick Jaulin est à l’affiche du Théâtre ...

Mangel (V)

Cinquième étape: Le château de la bête chez Alberto Mangel.  «Un miroir qui reflète n’importe quel endroit du monde » Parmi les ouvrages-clés, le Dictionnaire des lieux imaginaires d’Alberto Mangel ouvre les portes de mille et une coulisses qui partent dans les décors. A la page 80, entrez dans le château de la Bête : « BÊTE, château de la Au fond des forêts françaises, vieil ...

Rilke (IV)

Quatrième étape après Boulgakov, Borges et Carrière: Rilke. Quatrième étape: Le premier mot d’un vers chez Rilke (IV). « Il peut arriver qu’en une heure très rare…. »  Lu dans Les cahiers de Malte Laurids Brigge de Rainer Maria Rilke: (…) Car les vers ne sont pas, comme certains croient, des sentiments (on les a toujours assez tôt), ce sont des expériences. Pour écrire un ...

Das Zitat des Monats : Rainer Maria Rilke

Aus den Aufzeichnungen des Malte Laurids Brigge  (…) Denn Verse sind nicht, wie die Leute meinen, Gefühle (die hat man früh genug), – es sind Erfahrungen. Um eines Verses willen muss man viele Städte sehen, Menschen und Dinge, man muss die Tiere kennen, man muss fühlen, wie die Vögel fliegen, und die Gebärde wissen, mit welcher die kleinen Blumen sich auftun am Morgen. ...

Boulgakov (III)

Troisième étape: Le temps de l’histoire chez Boulgakov (III).  J’ai dû m’assoupir Ouvrir, lire, relire un sacré livre : Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov (1891-1940). Enchantement d’une lecture qui réduit en poussière étoilée les cloisons inutiles. Chevauchée à travers les contrées de l’infiniment connu. Quête. Pour l’art de conter, ce passage sur la temporalité du récit, le temps d’une histoire : (…) Soulevant ...